Chacun sa Dulcinéa
Qu'il est seul à savoir,
Qu'un soir de pleurs, il s'inventa,
Pour se garder un peu d'espoir
Aux barbelés du coeur.

Par elle, par sa Dulcinéa
Ou par l'idée d'icelle,L'homme rebelle devient un Dieu.
Voilà qu'il vole et même mieux,
Cueille des lunes du bout des doigts.
Mais cependant si tu es de ceux
Qui vivent de chimères,
Rappelle-toi qu'entre les doigts,
Lune fond en poussière.

Il n'y a pas de Dulcinéa,
C'est un espoir fané.
Malheur à qui peut préférer
Le verbe être au verbe avoir,
Je sais son désespoir.

Il n'y a pas de Dulcinéa,
C'est un espoir fané.